FILM

2010-2019

Le Don des Autres

2018, Martigues, France, 7min
Samedi 8 décembre à 18h30, une exposition hors les murs dans le quartier Paradis Saint Roch à Martigues a eu lieu.
Cette POM (petite oeuvre multimédia) a été projeté en parallèle d'une balade photographique entre halls d'immeubles, façades de commerçants et fenêtres d'habitants mises à disposition pour l'occasion. Retrouvez les témoignages et les portraits de celles et ceux qui font vivre la solidarité au quotidien, par l'entraide, l'échange et le partage.
Cette oeuvre numérique a été présenté lors du spectacle son et lumière "faits des lumières" au Cratère, organisé par Tina Dauphin et l'équipe de la maison de quartier Paradis Saint Roch, accompagné par le directeur artistique Thierry Pierras.
Crédit:
Photographie & interview: Olivier Sarrazin
Montage & création sonore: Charles-Henri Cigogne
Montage & création vidéo: Tifenn Ripoll

28 APRIL

2014, Donetsk, Ukraine, 5min
Dernière manifestation pro ukrainiene à Donetsk réprimendé par les séparatistes de la région du Donbass, Ukraine.
Vidéo projetée lors des nuits de la Roquette à Arles pendant les Rencontres de la Photographie 2014.

Topos

2013, Russie, 12 min
Le logement communautaire en Russie disparait. Généralement appelé Kommunalka, le rachat depuis les années 90 de ces habitations par ses locataires ou par des investisseurs privés achèvent un mode de vie rattaché à l'époque soviétique. Entre Ilya qui habite depuis quelques mois dans le centre ville de Moscou et Victor qui aura vécu presque toute sa vie, ce sont des regards croisée sur un espace communautaire en disparition. Partagé entre la contrainte de vivre ensemble et l'idéal de partage, Topos cherche à voir de Samara à Saint Saint-Pétersbourg en passant par Moscou le lien entre les derniers locataires et leurs murs.




Paroles Retenues

2010, Samara, Russie, 52 min
À Samara, en juillet 2010, débute un voyage à travers les récits de témoins russes de la Seconde Guerre mondiale. Qu’ils aient été déportés, prisonniers de guerre ou travailleurs forcés, les voix de cette génération racontent leurs histoires personnelles, leurs souvenirs de cette période tourmentée. À leurs côtés, leurs descendants : enfants, petits et arrières-petits-enfants, racontent à leur tour la manière dont ils ont reçu et compris le témoignage de leurs aînés. S’instaure alors un dialogue intergénérationnel, où se pose la question du devoir de mémoire, de la trans- mission des souvenirs d’une génération meurtrie aux générations suivantes, qui elles, n’ont pas connu la guerre.




All photos are copyright protected © Olivier Sarrazin - Reproduction interdite sans autorisation